Sauter le menu général

Trouver votre propre discours du roi Benjamin à la conférence générale

Tom-Atle Herland, Norvège
Tom-Atle Herland, Norvège, Soixante-dix d’interrégion

La conférence générale est pour chacun de nous un moment merveilleux pour se ressourcer spirituellement, fortifier sa foi en Jésus-Christ et ressentir une plus grande paix. Dans le Livre de Mormon, lorsque le roi Benjamin a invité son peuple à une sorte de conférence générale à côté du temple, il a donné l’un des sermons les plus puissants des Écritures. Son orientation claire sur Jésus-Christ et l’Expiation est une grande bénédiction pour nous tous, même aujourd’hui. Dans l’Ensign de janvier 1992, on peut lire l’article « King Benjamin’s Manual of Discipleship » de Neal A. Maxwell, du collège des douze apôtres. Dans son message, frère Maxwell souligne l’importance de mettre la parole en pratique.

Les conférences générales sont pour nous l’occasion de trouver nos propres discours du roi Benjamin. Ces discours qui parlent si profondément à notre cœur, notre âme et notre esprit sont comme une manne céleste. Parce que nous sommes tous différents les uns des autres, un discours ne nous touchera pas tous de la même façon. Notre situation personnelle est différente, notre niveau de compréhension de l’Évangile l’est également et nous percevons différemment ce qui se passe autour de nous mais, à chaque conférence générale, il y a toujours au moins un discours qui parle à notre cœur et à notre âme. Cela nous donne l’occasion non seulement d’écouter la parole mais aussi de la mettre en pratique (Jacques 1:22, Jean 13:17, Matthieu 7:21-25). Comme le dit frère Maxwell, nous pouvons , devenir des disciples de Jésus-Christ. La chose la plus essentielle à faire après une conférence générale est de permettre à ces discours, qui nous apportent tant, d’être des tremplins pour progresser et changer. De plus, ces discours nous fortifieront et nous permettront de ressentir la paix dans notre vie personnelle et dans un monde agité. Nous pouvons sentir que Dieu et Jésus nous aiment vraiment, malgré nos faiblesses et nos difficultés.

Le président Eyring a fait un discours très puissant lors de la dernière conférence générale d’avril 2017. Pour moi, son discours intitulé « Je vous laisse la paix » est comme un discours du roi Benjamin. Il en est de même du discours du président Uchtdorf « L’amour parfait bannit la crainte », de celui de Dale G. Renlund « Notre bon Berger » et lorsque le président Nelson a parlé si personnellement du Christ dans « Attirer le pouvoir de Jésus-Christ dans notre vie », la conférence est devenue une grande bénédiction pour moi. J’avais l’impression d’être assis à côté du temple et d’écouter le roi Benjamin.

Si vous prenez le temps d’écouter ou de lire davantage de discours, vous serez peut-être surpris de découvrir que certains d’entre eux sont comme des joyaux cachés que vous n’aviez pas découverts avant de prendre le temps de les relire.

Le président Nelson cite Marc 5: 22-43. C’est l’un des plus beaux récits des Écritures que je connaisse. Jésus rencontre Jaïrus, chef d’une synagogue, qui se jette à ses pieds et le supplie de guérir sa fille mourante. Ce récit est merveilleux en lui-même mais, en route vers la maison de Jaïrus, Jésus s’exclame alors qu’ils marchent dans les rues et se heurtent à beaucoup de gens : « Qui a touché mes vêtements ? » Les disciples sont perplexes et disent qu’ici tous se heurtent les uns aux autres mais Jésus a senti qu’une force est sortie de lui quand une femme a touché ses vêtements. Cette femme, qui était malade depuis douze ans et avait dépensé tout son argent pour guérir, était toujours malade. Le Christ l’a alors guérie. Leur rencontre est magnifiquement décrite. Sur le site lds.org et le lien Vidéos sur la Bible, vous trouverez une vidéo de une minute et quarante secondes qui dépeint cette merveilleuse rencontre entre le Christ et cette femme.

Cette fois-ci, trouvez votre propre discours du roi Benjamin à la conférence générale. La conférence générale a lieu à côté du temple. Ne vous contentez pas d’écouter mais mettez en pratique la parole, alors vous ressentirez, comme cette femme, qu’une force sort des paroles du Christ et qu’elle vous guérira et vous fortifiera. Vous réconfortera. Vous guidera. Comme un discours du roi Benjamin.