Trouver un ancêtre

    Après trente ans de recherches, j’ai enfin retrouvé une ancêtre de 4ème génération

    Gerard Joly

    J’étais bloqué depuis une trentaine d’années sur un nom de mon ascendance à la quatrième génération, et je trouvais cela dommage. Je voulais équilibrer mes cinq premières générations. J’eus beau prier pour trouver cette personne, rien n’y fit.

    Comme la recherche familiale me plaisait, j’ai continué à faire des recherches dans les autres lignées, en particulier pour plusieurs de mes cousins de lignées différentes. Je savais cependant que, dans l’immédiat, cela ne conduirait pas à des ordonnances du temple pour ces personnes, car il me faudrait l’autorisation des descendants vivants. Je continuais cependant à œuvrer pour ces cousins en me disant que leurs généalogies serviraient un jour et que ce travail ne serait pas fait en vain.

    Puis il m’est arrivé d’être bloqué aussi pour la généalogie d’un cousin, car les documents avaient été sûrement brûlés pendant la guerre. J’ai donc continué mes recherches dans les listes de recensement, pensant combler le trou de l’état civil, ce qui fut le cas.

    J’eus alors la surprise de trouver par « hasard », le nom de Marie Aglaé Desprez que je cherchais désespérément depuis trente ans. Son nom se situait juste au-dessus du nom du cousin pour lequel je travaillais. Cette aïeule n’avait fait qu’un court passage à Venette (dans l'Oise), juste à l’époque du recensement parce que je n’avais aucune raison de la trouver là si ce n’était pas le cas.

    Je bondis de joie ! C’était un miracle ou une récompense des efforts fournis pour la généalogie des autres. Il y avait un petit plus, car dans les colonnes d’observations était indiqué le nom du village dans lequel Marie Aglaé était née, à Passy-Grigny dans la Marne, ce qui est rarement inscrit ! Je n’aurais jamais pensé chercher dans ce village.

    Je remercie mon Père céleste pour ses bénédictions et j’ai le témoignage que lorsque nous sommes bloqués dans notre recherche familiale pour diverses raisons, notre Père céleste a pour nous des moyens de compensation, en aidant notre prochain pour sa propre recherche. C’est ce qui s’est passé pour moi. 

    Peut-être mon arrière-grand-mère n’était-elle pas prête à recevoir les ordonnances de l’Évangile. Peut-être était-ce à moi de persévérer…

    Mais grâce à la persévérance, la récompense est tombée. Et maintenant Marie Aglaé Desprez a reçu les ordonnances salvatrices en étant scellée à son époux Ernest Alphonse Joly.

    J’ai vraiment le témoignage que l’Esprit d’Élie nous aide dans cette grande œuvre !

    Gérard Joly
    Membre de la paroisse de Compiègne, pieu de Paris Est