Sauter le menu général

Sois tranquille – Trouver un port d’attache sûr dans la maison du Seigneur

Message des dirigeants de l’interrégion

Silence ! Tais-toi !
Alan T. Phillips
Alan T. Phillips Soixante-dix d’interrégion

Alors qu’elle vivait avec sa sœur et son frère à Chicago, les parents de Mary Ann Baker moururent de la tuberculose. Lorsque son frère contracta la même infection, elle fit tous les arrangements nécessaires pour qu’il puisse s’installer dans le sud des États-Unis où le climat plus chaud lui serait bénéfique. Malheureusement, en quelques semaines sa santé se détériora et il mourut. Mary Ann et sa sœur eurent le cœur brisé. Elles n’avaient pas les moyens de faire rapatrier le corps de leur frère à Chicago ni de payer les funérailles. Mary Ann vécut la période la plus sombre et la plus difficile de sa vie. Elle a écrit : « En mon cœur je me suis dit que Dieu ne se souciait ni de moi ni des miens. » [1] Pour elle, c’était plus qu’elle ne pouvait en supporter.

Nous avons tous connu des tempêtes au cours de notre vie. Des périodes de deuil, des pertes, de la peur, la maladie, les pressions financières, des incertitudes et des turbulences de toutes sortes. Ces tempêtes nous éprouvent et nous testent jusqu’à la moelle. Comme pour les disciples sur la mer de Galilée, il y aura des moments où nous aurons l’impression de chavirer ou de couler et où nous nous exclamerons : « Maître, ne t’inquiètes-tu pas de ce que nous périssons ? » [2]

Lors de cette tempête nocturne sur la mer de Galilée, « [Le Sauveur] : se réveill[a] et menaça le vent et dit à la mer : Silence ! Tais-toi ! Et le vent cessa, et il y eut un grand calme. » [3] Durant les heures sombres du deuil de Mary Ann Baker, le Sauveur calma la tempête qui agitait son cœur et lui « apporta la paix d’une foi plus profonde et une confiance plus parfaite. » [4] Grâce à cette paix et à cette tranquillité renouvelée, elle écrivit les paroles du cantique bien connu : « Maître la tempête lance ». [5]

Que ce soit la fureur de la mer

Ou bien des démons ou des hommes méchants

Tout obéit à ma volonté !

Sois tranquille ! Sois tranquille !

Nous avons un Père céleste aimant qui sait que lors des tempêtes de notre vie, nous avons besoin d’un refuge, d’un port d’attache où nous réfugier, un endroit où sommes en sécurité et protégés.

Le temple peut être ce port d’attache sûr dans nos vies. Chaque jour de notre vie apporte son lot de difficultés, d’incertitudes, de turbulences et de voix dissonantes. Dans la maison du Seigneur, nous trouvons des réponses, de la force ainsi que la paix promise par le Seigneur. On nous y rappelle que nous ne sommes pas seuls. On nous y rappelle que Dieu nous aime, nous guide et nous montre la voie à suivre pour revenir à lui et jouir de la paix.

Notre Père céleste vous connaît. Il vous aime. Il comprend nos besoins et nos difficultés. En nous rendant au temple et en participant aux ordonnances sacrées, nous trouvons la clarté dont nous avons besoin pour naviguer dans les incertitudes et les différentes tempêtes de notre vie.

Frère Packer a enseigné : « L’atmosphère spirituelle du temple a quelque chose de purificateur et de clarifiant. Parfois, notre esprit est tellement assailli de problèmes et il y a tellement de choses réclamant immédiatement notre attention que nous ne pouvons tout simplement pas penser ni voir les choses clairement. Dans le temple, la poussière qui nous gêne semble disparaître, le brouillard et la brume se dissiper, et nous pouvons ‘voir’ les choses que nous ne pouvions pas voir auparavant et trouver un moyen jusqu’alors ignoré pour résoudre nos difficultés. » [6] Extrait du cantique « Quels fondements fermes » :

« Je suis ton Sauveur, ton suprême secours.

Je suis avec toi pour te guider toujours.

Devant l’adversaire je te rendrai fort. » [7]

Quelles que soient les tempêtes. Quels que soient les démons, les hommes ou ce qui vous inquiète. Il n’y a pas de raison d’avoir peur. Notre Père céleste nous offre un port d’attache sûr. Dans le temple, il vous bénira. Dans le temple, il vous renforcera et vous protégera. Dans le temple, vous obtiendrez une compréhension plus parfaite des paroles « Sois tranquille ».

 


[1] (Ernest K. Emurian, Living Stories of Famous Hymns, Boston : Deseret Book Co., 1955, p 83-85).

[2] Marc 4:38.

[3] Marc 4:39.

[4] Karen Lynn Davidson, Our Latter-Day Hymns : The Stories and the Messages, Salt Lake City: Deseret Book, 1988.

[5] Cantique n° 56 « Maître, la tempête lance ». Paroles de Mary Ann Baker, 1874 et musique de H. R. Palmer, 1834 – 1907.

[6] « Se préparer à aller au Saint Temple », adapté de « Le temple sacré » de Boyd K. Packer (disponibles sur lds.org).

[7] Cantique n° 42 « Quels fondements fermes ». Paroles attribuées à Robert Keen, 1787 environ, inclus dans le premier livre de cantique de l’Église, 1835 et musique attribuée à J. Ellis, 1889 environ.

temple