Sauter le menu général

Les « gens du Nord » : le cœur ouvert, la porte ouverte…

Les « gens du Nord » : le cœur ouvert, la porte ouverte…

On se souvient tous du refrain : « Les gens du Nord ont dans le cœur le soleil qu’ils n’ont pas dehors » ou de la réplique culte : « Dans le nord tu pleures deux fois : la première, en arrivant, et la deuxième parce que tu ne veux plus repartir ! »

Ce ne sont pas les membres du pieu de Lille qui feront mentir ces adages, eux qui depuis près d’un demi-siècle ont instauré (inventé ?) la « soirée familiale missionnaire ».

Cela a commencé au début des années soixante-dix, lorsque les membres de la petite branche de Lille, en mal de croissance, se sont mis à inviter les amis de l’Église à leurs soirées familiales pour créer des liens. La famille Eggermont a ainsi accueilli chez elle les familles Duez, Doit, Degrave (et d’autres), qui comptent aujourd’hui parmi les familles fortes du pieu de Lille.

La pratique, encouragée par les présidents de mission, frères Brown et Paramore, s’est étendue à d’autres unités. Aujourd’hui, dans beaucoup de paroisses du pieu, on peut parler d’une tradition qui se perpétue.

Kamal, homme lumineux mais au passé lourd, s’est tout de suite senti à l’aise chez les Mansuy (Villeneuve d’Ascq), au point de se confier. Ensuite, entre deux cookies et un verre de jus de fruit, ils ont lu les Écritures ensemble et parlé de Dieu. Depuis, Stéphane et frère Mansuy se parlent régulièrement au téléphone.

Jean-Paul et Brigitte ont fait la connaissance de Jean et Évelyne Gressier (Calais) à leur retour d’un voyage au Mexique. Lorsqu’ils ont évoqué les sites archéologiques, Évelyne leur a proposé de regarder ensemble le film « La voix de l’Amérique Ancienne ». Ensuite, elle leur a parlé des Jarédites et des Néphites, et, bien sûr, du Livre de Mormon, qu’elle les a invités à découvrir par eux-mêmes. Finalement, les deux couples ont pris date pour regarder les photos de voyage. 

Jacqueline, quatre-vingt-dix ans, reçoit depuis des années les enseignements des missionnaires mais son désir de se faire baptiser est contrarié par ses enfants, hostiles à l’Église. Heureusement, la famille Piérache (Valenciennes) l’invite régulièrement à ses soirées familiales et, au fil des prières, cantiques, pensées spirituelles, jeux et repas, elle s’épanouit. Elle participe aussi aux soirées familiales et activités de la paroisse. Frère Pierache envisage même de l’initier à l’histoire familiale.

Les soirées familiales missionnaires permettent d’établir une relation de confiance entre les membres et les amis de l’Église, le lien auquel nous aspirons tous. Le jugement et la crainte s’estompent lorsqu’il y a des rencontres vraies et spontanées.