Les Écritures des saints des derniers jours sont peut-être plus vertes que vous ne le pensez...

    header

    Le 5 juin célèbre la Journée mondiale de l’environnement. Des organisations à but non lucratif, des activistes et des dirigeants politiques s’expriment sur la pollution, la perte de la biodiversité et les changements climatiques. Les préoccupations environnementales sont rarement abordées de manière formelle en chaire pendant les services de l’Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours mais le canon des Écritures de l’Église est rempli de sagesse écologique.

    « En tant que saints des derniers jours, nous avons tendance à nous concentrer sur nos responsabilités ecclésiastiques et familiales[1] », a déclaré Steven E. Snow, des soixante-dix, en octobre dernier lors d’un symposium sur la gestion de l’environnement. Bien que ce soit une bonne chose, les fidèles sont également responsables « du pays qui [les] entoure et de la terre elle-même », a-t-il ajouté.

    La Bible, avec son récit de la Création et les paraboles que Jésus-Christ a racontées sur les semences, le blé, les brebis et les arbres, offre des images riches et incite au respect de la nature.

    En dehors de l’Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours, on sait peu de choses sur la contribution du Livre de Mormon, des Doctrine et Alliances et de la Perle de Grand Prix à l’éthique environnementale. En plus de la Bible, ces livres d’Écritures sont considérés par l’Église comme étant la parole de Dieu.

    La matière compte

    Les philosophes chrétiens ont traditionnellement considéré le divin complètement en dehors du monde physique. L’argument étant que, comme la matière est éphémère, elle est également inférieure et de peu de valeur comparée au spirituel. D’autres critiquent le fait que cet état d’esprit ne favorise guère la protection de l’environnement naturel. Les Écritures des saints des derniers jours réconcilient cette dualité perçue entre l’esprit et la matière.

    « La matière immatérielle, cela n’existe pas. Tout esprit est matières, mais il est plus raffiné ou plus pur et ne peut être discerné que par des yeux plus purs[2] », déclarent les Doctrine et Alliances. Le Livre de Mormon enseigne que la Création et le Créateur sont profondément liés, appelant ce dernier le « Dieu de la nature[3] ».

    Dans les enseignements et les pratiques de l’Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours, la nature ne devient jamais un sujet de culte et d’adoration. Cependant, « nous ne pouvons pas ignorer le caractère divin de la Création[4] », a affirmé Russell M. Nelson, qui est devenu le président de l’Église le 14 janvier 2018. « Nous devons prendre soin de la terre, en être des intendants avisés et la préserver pour les générations à venir. »

    La consommation durable

    Aujourd’hui, de nombreux consommateurs s’attendent à trouver toute l’année les fruits et les légumes de leur choix sur les étagères de leur supermarché local. La nourriture parcourt souvent de nombreux kilomètres pour atteindre des destinations où elle ne peut pas être récoltée sur place à cette époque-là. Les Doctrine et Alliances conseillent de manger « chaque herbe en sa saison et chaque fruit en sa saison[5] ». Bien que n’étant pas une loi religieuse stricte pour les saints des derniers jours, un régime à base d’aliments locaux de saison réduit le gaspillage de carburant et évite considérablement la pollution.

    « Toutes les choses qui viennent sur la terre en leur saison[6] », comme le dit une autre section du même livre, sont données « pour la nourriture et le vêtement, pour le goût et l’odorat, pour fortifier le corps et vivifier l’âme[7] ». Elles sont « pour être utilisées dans ce but avec jugement, et pas à l’excès ni par extorsion[8] ».

    Comme les Écritures des saints des derniers Jours le déclarent, Dieu rend « tout homme responsable comme intendant de bénédictions terrestres[9] ». Le Livre de Mormon loue les « excellentes qualités des nombreuses plantes et racines que Dieu [a] préparées pour éliminer la cause des maladies[10] ». Néanmoins, l’utilisation des ressources abondantes de sa création sans les partager avec « les pauvres et les nécessiteux[11] » est condamnée.

    Des âmes vivantes

    La Perle de Grand Prix comporte deux récits de la Création. Le premier explique que Dieu forma l’homme qui devint un « être vivant[12] ». Il en fût de même des plantes et des animaux[14] qui devinrent aussi des « êtres vivants ». Marlin K. Jensen, Autorité générale émérite, a conclu : « Les personnes dont la vie comporte des liens avec les animaux sont généralement plus heureuses. Au moins pour moi, le paradis ne sera pas le paradis si le règne animal ne fait pas partie du royaume de Dieu[15]. »

    Selon la « Parole de sagesse », un code de santé inclus dans les Doctrine et Alliances, la viande doit être utilisée « avec économie[16] ». Cela est confirmé par la révision inspirée de la Genèse par Joseph Smith : « Assurément, on ne versera pas le sang, si ce n’est pour la nourriture, pour sauver votre vie ; et le sang de tout animal, je vous le réclamerai[17].

    De grandes pollutions

    Le Livre de Mormon présage « de grandes [pollutions] à la surface de la terre[18] », associant les catastrophes naturelles comme les « incendies, [les] tempêtes et [les] vapeurs de fumée dans des pays étrangers[19] » aux comportements pécheurs comme le brigandage et le mensonge. Ce lien suggère que la crise environnementale ne se limite pas aux gaz polluants dans l’atmosphère. Il peut indiquer une crise spirituelle plus profonde.

    Les membres de l’Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours ne prétendent pas être de meilleurs chrétiens au quotidien, ni des intendants de la terre plus dévoués que les membres des autres confessions religieuses. Ils trouvent cependant les conseils donnés à la fois dans la Bible et dans les Écritures du Rétablissement, concernant la protection de la nature, inspirants et encourageants.


    [1] Steven E. Snow, The Moral Imperative of Environmental Stewardship, 10 octobre 2018.

    [2] Doctrine et Alliances 131:7-8

    [3] 1 Néphi 19:12

    [4] Russell M. Nelson, La Création, avril 2000.

    [5] Doctrine et Alliances 89:11

    [6] Doctrine et Alliances 59:18

    [7] Doctrine et Alliances 59:19

    [8] Doctrine et Alliances 59:20

    [9] Doctrine et Alliances 104:13

    [10] Alma 46:40

    [11] Doctrine et Alliances 104:18

    [12] Moïse 3:7

    [14] Moïse 3:19

    [15] Marlin K. Jensen, Living after the Manner of Happiness, décembre 2002

    [16] Doctrine et Alliances 89:12

    [17] Traduction de Joseph Smith, Genèse 9:11

    [18] Mormon 8:31

    [19] Mormon 8:29