Sauter le menu général

Fortifiés par le Sabbat

Message des dirigeants de l’interrégion

Adonay S. Obando, Espagne
Adonay S. Obando, Espagne Soixante-dix d’interrégion

Lorsque nous acceptons Jésus-Christ comme Sauveur, nous voulons en apprendre davantage sur lui et suivre son exemple, dans l’espoir de voir croître en nous sa nature et ses qualités. Nous croyons qu’une fois que nous aurons développé suffisamment de foi en lui et en son sacrifice expiatoire, nous verrons des changements se produire : nous aurons le désir de changer notre vie grâce au repentir, notre cœur et notre esprit se tourneront vers le Seigneur et nous accepterons de contracter des alliances grâce aux ordonnances de la prêtrise.  

Le Seigneur a révélé que ceux qui « […] montrent vraiment par leurs œuvres qu’ils ont reçu de l’Esprit du Christ pour la rémission de leurs péchés, ceux-là seront reçus par le baptême dans son Église[1] ».

Après le baptême, nous sommes confirmés membres de l’Église par l’imposition des mains, par le pouvoir et l’autorité de la prêtrise. L’étape suivante de notre progression spirituelle sera de recevoir d’autres ordonnances du salut dans le saint temple. Sauf exception, nous ne recevons, individuellement, l’ordonnance du baptême, de la confirmation, de la dotation et du scellement qu’une seule fois. Par la suite, nous pouvons continuer de progresser grâce à ces ordonnances, en les recevant par procuration pour les morts.

Le Seigneur a prévu un moyen pour que nous, ses enfants, puissions continuellement et individuellement bénéficier d’une ordonnance, la Sainte-Cène.

Le Sauveur a établi un modèle selon lequel les membres de son Église doivent se réunir chaque jour du sabbat pour prendre la Sainte-Cène « […] en souvenir du Seigneur Jésus-Christ[2] » et « pour jeûner et pour prier, et pour se parler l’un à l’autre du bien-être de leur âme[3] ».

Dans sa sagesse infinie, il nous a fourni la possibilité de nous reposer de l’agitation de notre quotidien et d’oublier, pendant un moment, nos soucis et préoccupations.  En laissant le monde derrière nous, nous pouvons renouveler l’alliance contractée lors de notre baptême grâce à l’ordonnance de la Sainte-Cène. Le Seigneur a promis que ceux qui prennent part à cette ordonnance, étant disposés à prendre son nom sur eux et à garder ses commandements, peuvent « toujours [avoir] son Esprit avec eux[4] ».

En tant que personnes ou familles, se préparer avec diligence et humilité à prendre la sainte-Cène pourrait nous être grandement bénéfique. Nous le faisons au quotidien lorsque nous cherchons à mener « une vie droite chaque jour et à chaque instant[5] ». Par exemple en étudiant les Écritures et en priant individuellement ainsi qu’en famille. De plus, si nous gérons notre temps de manière à pouvoir nous coucher de bonne heure le samedi soir afin de nous réveiller le dimanche matin le cœur rempli de reconnaissance, d’entrain et de joie, alors nous serons préparés à prendre la Sainte-Cène et à suivre les discours étant ainsi « […] nourris de la bonne parole de Dieu [6] ». Ainsi, nous pourrons fortifier et approfondir notre relation avec le Sauveur afin de mieux le connaître.

À présent, il est important de mettre l’accent sur le parallélisme existant entre la sainteté du temple et celle du Sabbat. Quand nous nous rendons au temple, nous prenons le temps qu’il faut pour nous préparer. Nous mettons des vêtements blancs non seulement en signe de respect envers le temple et ce qu’il représente, mais aussi pour nous souvenir de nous comporter avec révérence à l’intérieur ou à l’extérieur de cette sainte maison. Nous parlons en chuchotant et enseignons à nos enfants à considérer cet endroit avec le respect le plus sacré. Lorsque nous sanctifions le jour du Sabbat en étant révérencieux et respectueux au cours des réunions dominicales et tout le reste de la journée, nous développons en nous la sainteté et la nature divine qui résident en notre Père céleste : « […] et il se reposa au septième jour de toute son œuvre […] Dieu bénit le septième jour, et il le sanctifia[7] ».

Si nous faisons l’expérience de la vertu de la parole de Dieu, non seulement notre connaissance du Christ sera accrue, mais notre témoignage de ses vérités ne sera pas fondé uniquement sur la foi mais également sur les miracles et les merveilles que nous verrons se produire dans notre vie et au sein de notre famille.

 


[1] D&A 20:37

[2]  Moroni 6:6

[3]  Moroni 6: 5

[4] D&A 20:77, Jean 14:16

[5] D&A 59:11

[6] Moroni 6:4

[7] Genèse 2:2-3