Des habitudes spirituelles

    Message des dirigeants de l’interrégion

    Massimo De Feo, Italie
    Massimo De Feo, Italie Deuxième conseiller dans la présidence de l’interrégion d’Europe

    Pour la plupart des gens, acquérir de bonnes habitudes et les développer, n’est ni facile ni automatique. Le chemin de la progression spirituelle est généralement inégal et difficile.

    Au cours de ma préparation à ma mission à plein temps, je suis allé voir mon président de branche pour lui demander ce que je devais faire pour servir avec honneur.  Il m’a donné une liste qui comprenait l’étude des Écritures, une préparation spirituelle et physique, et même des compétences culinaires.  Alors que j’étais heureux de me préparer en toutes choses à être un excellent missionnaire, j’ai remarqué que certaines choses étaient plus faciles à faire que d’autres, et que certaines étaient plutôt difficiles.  Néanmoins, j’ai fait de mon mieux pour devenir ce que le Seigneur attendait de moi, même face aux difficultés que j’avais à ce moment-là. 

    La préparation ne fut pas facile, mais il en a découlé de grandes bénédictions dont je profite toujours.  Je continue de chérir de nombreux souvenirs des personnes que j’ai rencontrées en mission et des expériences spirituelles que j’ai eues. Dans les moments difficiles, les recommandations et instructions de mes dirigeants m’ont aidé à devenir le missionnaire que le Seigneur voulait que je sois et, avec le temps, elles sont devenues une partie de ma vie et de mon être spirituel.

    De même, lorsque nous cherchons à obtenir des résultats mesurables quels que soient les domaines où nous voulons nous améliorer, il n’est pas toujours facile de suivre des directives, d’adhérer à des règles strictes ou même de rester concentré.  Par exemple, si nous voulons que notre corps reste fort et en bonne santé, nous devons le nourrir et l’hydrater régulièrement et faire fréquemment des activités physiques. Ne pas le faire nous rendrait faibles ou malades et si nous n’y prenons pas garde, nous pourrions même en mourir.  Pour un équilibre parfait, nous devons non seulement inclure les bonnes choses pour garder notre corps sain, mais nous devons aussi éviter les substances et les pratiques dangereuses qui pourraient être nocives à notre corps.

    Les mêmes principes s’appliquent à notre corps spirituel, qui doit être nourri constamment pour rester sain et vigoureux.  Notre alimentation spirituelle doit être composée de bonnes habitudes qui nourriront notre esprit mais elle doit aussi éviter les habitudes qui pourraient être nocives à notre esprit.  En bref, il est important d’apporter souvent et à intervalles réguliers ce qui est nécessaire à notre esprit pour qu’il soit nourri constamment.

    L’alimentation spirituelle doit inclure des activités spirituelles régulières comme la prière quotidienne, l’étude des Écritures, le service à autrui et une nourriture spirituelle hebdomadaire. Cette nourriture s’obtient en prenant la Sainte-Cène, en assistant aux réunions de l’Église et en jeûnant une fois par mois. Nous renouvelons régulièrement notre recommandation à l’usage du temple et veillons à ce que tous les apports en spiritualité soient équilibrés afin de nourrir convenablement notre corps spirituel. Parfois, il faudra jeûner et prier pour apporter à notre esprit davantage de force et d’énergie pour faire face à des difficultés particulières.

    Quand je me rappelle de mon expérience missionnaire et de la difficulté que j’avais eue à me préparer, tout en étant cependant si heureux de le faire, je pense aux fils de Mosiah qui avaient compris combien il était important de nourrir leur esprit d’une abondante énergie supplémentaire obtenue grâce à des habitudes spirituelles.

    « […] car ils étaient des hommes d’une saine intelligence et ils avaient sondé diligemment les Écritures afin de connaître la parole de Dieu. Mais ce n’est pas tout : ils s’étaient beaucoup livrés à la prière et au jeûne ; c’est pourquoi ils avaient l’esprit de prophétie, et l’esprit de révélation, et lorsqu’ils enseignaient, ils enseignaient avec une puissance et une autorité venant de Dieu[1] . »

    Il faut aussi des activités spirituelles quotidiennes pour garder un témoignage et s’assurer que la certitude surpasse le doute, car le témoignage que nous avons aujourd’hui ne sera plus là demain à moins de faire quelque chose pour le préserver.  Tout comme les muscles se renforcent et gagnent en volume grâce aux exercices physiques, nous avons besoin d’habitudes spirituelles quotidiennes et conséquentes pour que notre témoignage se renforce et perdure.

    L’homme naturel a toujours tendance à en attendre davantage du Seigneur que de lui-même.  En acquérant des habitudes spirituelles plus fortes et en faisant l’expérience d’un grand changement de cœur, parce que nous aurons régulièrement et convenablement nourri notre esprit, ces habitudes spirituelles feront intégralement partie de nous et nous commencerons à attendre davantage de nous-même et moins du Seigneur. 

    Puissions-nous travailler diligemment pour préparer, former et nourrir notre esprit, tout comme nous le faisons pour notre corps, en acquérant de bonnes habitudes spirituelles et en évitant les habitudes destructrices du monde.  Cela peut être douloureux et difficile au début, mais cela en vaut vraiment la peine car nous profitons des bénédictions qui découlent de ce cercle spirituel de progression et de bien-être.

     


    [1]Alma 17 : 2-3