Sauter le menu général

Alors je rendrai fortes pour eux les choses qui sont faibles

Message des dirigeants de l’interrégion

des jeunes
Wolfgang Pilz
Wolfgang Pilz Soixante-dix d’interrégion

Autour de la ville où j’ai grandi, il y avait de belles forêts qui correspondent encore aujourd’hui à l’image romantique des forêts allemandes. Ces forêts étaient à l’origine d’histoires et de récits mystérieux d’une époque ancienne. Près d’une mare, appelée la source de Siegfried, se serait produit un événement dont on parle encore dans la mythologie du Nord et du centre de l’Europe.

Notre héros s’appelait Siegfried, ou encore Sigurd dans les pays nordiques.

On disait de lui qu’il était un aventurier courageux et fort. Il est devenu encore plus célèbre lorsqu’il a vaincu un dragon de son épée. Il s’était ensuite trempé dans le sang du monstre qu’il avait tué pour devenir invulnérable. Malheureusement, au même moment, une feuille de tilleul est tombée sur son dos, ce qui a empêché cet endroit précis d’être recouvert de sang.

Plus tard, cet endroit non recouvert de sang lui a été fatal. Siegfried s’est retrouvé empêtré dans un complot entre deux reines pour ensuite mourir dans une embuscade. Pendant la traque il fut tué de la lance d’un traître qui connaissait l’endroit vulnérable, pour l’avoir vu lorsqu’il s’était penché pour boire à la source.

Le courage de Siegfried lui venait de sa conviction d’invulnérabilité, mais il avait un point faible que son ennemi connaissait et qui l’a exploité.

Nous nous sentons trop souvent en sécurité et invulnérables dans notre excès de confiance. Mais si nous ne reconnaissons pas nos faiblesses et si nous ne les changeons pas en forces, nous pouvons nous aussi être terrassés.

Je vous invite à suivre le conseil de Moroni lorsqu’il nous exhorte à confier nos faiblesses au Seigneur :


« Et si les hommes viennent à moi, je leur montrerai leur faiblesse. […] [C]ar s’ils s’humilient devant moi, et ont foi en moi, alors je rendrai fortes pour eux les choses qui sont faibles. »

Éther 12:27

L’individualisme, une caractéristique peu attrayante, notre tendance à nous laisser facilement emporter par la colère, à penser et dire du mal des autres, à nous réjouir de leur malheur, à juger de façon injuste ou avec des idées préconçues, tout cela nous rend vulnérables et nous met en danger. Nous portons souvent en nous des traits de caractère implantés pendant notre jeunesse et sur lesquels nous n’avons jamais travaillé. Parfois, ce sont les conséquences d’expériences de notre enfance pour lesquelles nous n’étions pas responsables. Quelle qu’en soit la cause, nous ferions bien de confier ces faiblesses au Seigneur. Il peut nous guérir. Il attend de nous que nous déposions un sacrifice sur l’autel, pas un sacrifice comme autrefois, mais un cœur brisé et un esprit contrit.

Les paroles du roi David montre que, déjà à son époque, le peuple savait que les holocaustes seuls ne suffisaient pas : « Les sacrifices qui sont agréables à Dieu, c’est un esprit brisé: O Dieu! tu ne dédaignes pas un cœur brisé et contrit 1. »

Le Seigneur ressuscité a répété cette injonction sur le nouveau monde juste après avoir annoncé l’abolition des holocaustes. « Et vous m’offrirez en sacrifice un cœur brisé et un esprit contrit. Et quiconque vient à moi le cœur brisé et l’esprit contrit, je le baptiserai de feu et du Saint-Esprit 2 […]. »

Au moment de la parution de cet article, des rassemblements FSY (Jeunes, soyez forts) ont lieu dans toute l’Europe. Ces conférences ne sont pas seulement distrayantes mais elles ont pour but d’enseigner à nos jeunes comment se préparer à recevoir l’inspiration divine. Pour que les jeunes puissent remporter chez eux ce qu’ils y apprennent, ces conférences leur enseignent à suivre un code de conduite, pendant la conférence, qui se reflétera dans leur comportement et même dans leur apparence. Les jeunes découvrent où se situent leurs points faibles afin de pouvoir se protéger efficacement des traits de l’adversaire. Puis ils retournent chez eux avec le désir de se revêtir de toutes les armes de Dieu afin, qu’à l’avenir, aucun endroit de leur corps spirituel ne reste sans protection.

Réjouissons-nous de la force de la « jeunesse de Sion » qui se tient sans fléchir au milieu des courants tumultueux de notre époque.

_____________________________

[1] Psaumes 51:17

[2] 3 Néphi 19:20