Sauter le menu général

1er épisode : Les débuts avec William Howells (1849-50)

1er épisode : Les débuts avec William Howells (1849-50)

Les débuts de l’Église en France sont le fait de William Howells, converti gallois qui, au cours de trois missions, baptisera les premiers convertis et fondera la première branche. Howells fut baptisé en 1846 et devint un excellent missionnaire : « Au cours des douze derniers mois, j’ai baptisé environ cent personnes,…un bon début ».
william-howells.jpg

Les dirigeants britanniques de l’Église pensaient que la France était prête pour l’Évangile rétabli et, le 14 août 1848, Howells reçut l’appel de partir sur le « continent ». Il débarqua au Havre le 9 juillet 1849 avec quelques brochures. Il prêchait parmi les anglophones. Il  explique : « J’ai distribué environ 50 tracts dans la Rue de Paris. Les gens sont très désireux d’avoir une brochure, mais ne sont pas prêts à donner un sou pour une douzaine. » Pourtant, le 30 juillet, un premier membre fut baptisé en France : Augustus Saint d’Anna, étranger de trente ans qui disparaît ensuite de l’histoire de l’Église.

Le 19 août, Howells fut de retour en France avec un compagnon peu banal, sa propre fille de neuf ans, Ann. Le 24 août, arrivés à Saint-Malo, ils visitèrent des familles anglaises, ne recevant qu’opposition. Sans se décourager, Howells loua la chapelle Ebenezer, à Saint-Servan. Malgré menaces et persécutions, il déclara : « Le sang gallois n’est pas abattu aisément. C’est ce que le démon va découvrir.» Sa persévérance fut récompensée par la conversion d’Ann Browse, demoiselle de la bonne société anglicane. Il baptisa aussi William Peddle et l’ordonna à la prêtrise avant de partir pour Dinan.

Là, le 23 octobre 1849, faute de logement, sa fille et lui passèrent une nuit glaciale au pied d’une statue. Howells écrivit : « Je n’ai pas encore engrangé de moisson abondante, mais quelques-uns des gens qui sont entrés dans le royaume…ont reçu des témoignages glorieux du pouvoir de la vérité telle qu’elle se trouve en Jésus. »

Le 11 février 1850, Howells repartit pour Boulogne-sur-Mer. Le dimanche, les méthodistes furent avertis qu’un « faux prophète » venait d’arriver ! Le 3 mars, il prêcha son premier sermon devant sept personnes, dont Georges Viett, Allemand baptisé avec sa famille. Le 6 avril 1850, Howells commémora le 20e anniversaire de l’organisation de l’Église, en fondant la première branche de France, à Boulogne-sur-Mer.
boulogne_sur_mer_01.jpg

Il revint encore une fois en France, en juin 1850, pour accompagner John Taylor appelé en mission. Il conclura son expérience en disant :

« Je me réjouis de dire aujourd’hui que, malgré les grincements de dents, les poings agités devant mon visage, les menaces d’emprisonnement et les cris de ‘faux prophète…’ qui m’ont été lancés, le démon a échoué dans ses tentatives… Et quand j’ai été traîné en prison, je me suis réjoui à l’idée de loger là où notre bien-aimé Jésus, ses apôtres, Joseph, Hyrum, Jones et tant d’autres, tant d’âmes nobles, ont été avant moi… J’ai semé les graines avec un assez grand succès. Puisse notre Père céleste les faire fructifier. »


Par Christian Euvrard, docteur en Sciences des Religions, auteur d’une thèse de doctorat  sur la socio-histoire du mormonisme en France, en Suisse et en Belgique francophones de 1850 à 2005.