Sauter le menu général

Les saints des derniers jours nous parlent

Dieu pourvoit

La paella
Gaspar Campaner Alba

« Jésus les regarda et dit : cela est impossible aux hommes, mais non à Dieu : car tout est possible à Dieu. » (Marc 10:27)

En septembre 2000, Reed N. Wilcox, président de la mission de Toulouse, m’a averti qu’il viendrait avec sa famille nous rendre visite, le dimanche suivant, jour de jeûne, à l’église de Perpignan et qu’il souhaitait passer un moment avec les membres de l’épiscopat, les missionnaires à plein temps et quelques membres locaux, soit une vingtaine de personnes en tout. Connaissant l’appétit des membres de l’Église après un jour de jeûne, j’ai préparé une paëlla, des boissons, des fruits et des gâteaux pour trente personnes.

Le dimanche, à huit heures du matin, alors que je m’apprêtais à déposer mon grand (et très lourd) plat à paëlla dans la cuisine, un missionnaire qui courait dans l'église, poursuivi par son collègue, m’a percuté, me projetant, moi et ma paëlla, au sol ! (la veille, nous avions fait le ménage et le sol était impeccable).

Confus, le missionnaire a bafouillé : « Excusez-moi, mais qu'allons-nous faire ? » Je lui ai répondu : « Ramassez tout et taisez-vous, ce sera notre secret ! » Nous avons alors reconstitué le plat du mieux que nous pouvions.

À son arrivée, le président de mission m’a demandé si les trente missionnaires qui l’accompagnaient pouvaient partager notre repas (!), moyennant quoi sa famille et lui (six personnes en tout) s’abstiendraient de manger. Le compte n’y était pas : j’étais face à un problème insoluble ! Aussi, pendant la prière de bénédiction des aliments, j’ai demandé à mon Père céleste de faire en sorte que chacun puisse manger à sa faim.

J’ai ensuite commencé à remplir modérément les assiettes. À ma surprise, non seulement tout le monde a pu être servi – y compris le président Wilcox et sa famille ainsi que de nombreux membres et amis de l’Église qui, entre-temps, s’étaient joints à nous , soit, en

tout, soixante-dix-huit personnes – mais il restait encore la moitié de la paëlla ! J'ai donc resservi les convives, copieusement cette fois. Et pourtant, à la fin du repas, il restait encore de la paëlla, que les missionnaires ont emportée chez eux.

Après m’être remis de ce qui me semblait être une hallucination, je me suis souvenu que rien n’est impossible à Dieu (Marc 10:27). Je sais que Dieu répond toujours à nos prières, tôt ou tard. Ce jour-là, ce fut instantanément. À l’évidence, des anges invisibles servaient à mes côtés.

Je témoigne qu’une prière sincère et altruiste peut attirer les pouvoirs des cieux. J'ai été à la fois acteur et spectateur d'un merveilleux miracle. Le nombre de personnes à rassasier n’avait aucune importance. Nous aurions pu, comme le Christ le fit en son temps, servir bien plus de convives, si cela avait été nécessaire. Je suis heureux d’avoir été un instrument entre les mains du Seigneur au cours d’un événement qui restera gravé à jamais dans mon cœur.

PHOTO NAME: August 07 FR

PHOTO CAPTION Gaspar Campaner Alba

PHOTO CREDIT: Gaspar Campaner Alba